Généralisation du travail à distance dans les SIE : une étape vers la disparition de services entiers

Version imprimableversion PDF

La généralisation du travail à distance dans le cadre des organisations déconcentrées était inscrite à l’ordre du jour d’un Comité Technique de Réseau (CTR) qui s’est tenu le 29 septembre 2016.
DE QUOI S’AGIT-IL ?
Un SIE prend à sa charge des missions qu’il assure pour le compte d’un ou plusieurs SIE. En cas de fusion de SIE, une antenne géographique de l’ex SIE absorbé prend en charge des missions pour le compte du SIE absorbant. Les missions concernées sont du type traitement des Avisir, lien d’occupation des locaux dans Gespro, relance téléphonique, assistance aux téléprocédures...au choix. En conséquence, les fichiers de ces SIE sont mutualisés.
Rappelons que la CGT Finances Publique s’était opposée à la création des SIE en dénonçant :

 l’abandon de la séparation structurelle assiette/recouvrement (risque d’auto limitation des actes de gestion et de rectifications susceptibles de générer du recouvrement, notamment forcé).
 la trop importante multiplicité des tâches dans un contexte de manque d’effectifs.
LES FAITS ONT DONNÉ RAISON AUX ALERTES DE LA CGT :
Travail sur listes, recyclage d’anomalies, accompagnement chronophage des contribuables dans le cadre des téléprocédures, ont remplacé l’approche globale et fiscale des dossiers.
Stress et sentiment de perte du sens du travail se sont rapidement développés au sein des SIE. Nombre de ces services ont alors mis en place des équipes à compétence dominante, en créant parfois une séparation fonctionnelle assiette/recouvrement. LA SUITE A TELECHARGER