Prélèvement à la source, cadeau empoisonné pour le prochain président - article mediapart

Version imprimableversion PDF

extraits de l'article

Le sujet est loin d’avoir été au cœur des débats durant cette campagne électorale, mais il pourrait devenir l’un des premiers casse-tête du futur président de la République. L’arrivée, depuis le 6 avril, des premiers avis de déclaration d’impôts 2017 dans les boîtes aux lettres marque officiellement le début des opérations pour le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu des Français.

[...]

« Il y a un vrai risque industriel pour notre administration, l’échec est possible, avertit Hélène Guerra, spécialiste du dossier pour la CGT-Finances publiques. La DGFIP n’a pas obtenu les moyens, humains et matériels, pour réussir ce chantier majeur. Cela se fera au détriment des contribuables. »

[...]

« Plus on avance dans les textes, plus c’est compliqué, assure Hélène Guerra. On craint qu’il ne soit impossible aux agents de la DGFIP d’assurer l’accueil et le renseignement des particuliers, mais aussi des entreprises. » Car les effectifs du fisc se réduisent comme peau de chagrin : plus de 35 000 suppressions de poste en treize ans, soit un quart des effectifs totaux, et un rythme de 2 000 postes en moins chaque année. Pour tenir compte du bouleversement à venir, l’administration a prévu de ne supprimer « que » 1 500 postes en 2017.

[...]

Les syndicats ont beau jeu d’imaginer le cas d’un couple dont un membre est salarié, l'autre exerçant une profession libérale, et qui perçoit des loyers d’un logement dont il est propriétaire : il sera touché par trois types de prélèvements mensuels différents. Et multipliera d’autant les risques d’erreur. « Chaque mois, les contribuables seront censés pouvoir suivre l’ensemble des sommes collectées pour leur foyer sur le site des impôts. Nous craignions que cela ne fonctionne pas comme il le faudrait, résume Hélène Guerra. Et si les sommes n’apparaissent pas sur le
site, qui déterminera où sera l’erreur ? Il peut y avoir des blocages à différents niveaux : soit une erreur informatique qui ne fait pas remonter les informations, soit un organisme collecteur qui n’a pas fait son travail. Ce ne sera pas forcément un problème au niveau du centre des impôts, mais c’est nous qu’on appellera…
»

L'intégralité de l'article à télécharger

Colonne de droite publique: