Depuis plus de 15 jours, la CGT Finances publiques travaille quotidiennement à la collecte par tous les canaux des revendications et problématiques nationales et locales portées ensuite chaque jour par mail et dans les conférences téléphoniques au Directeur Général.

Un compte-rendu factuel quotidien de ces échanges avec la DG est réalisé pour permettre localement de poursuivre le travail revendicatif auprès des directeurs locaux.

Alors que la crise sanitaire bat son plein, les français montrent leur solidarité avec le personnel soignant et tou.te.s les travailleur.se.s en première ligne. Pourtant, la loi d’urgence sanitaire (et ses ordonnances) et la loi de finances rectificatives ne traduisent pas vraiment cette solidarité, bien au contraire : remise en cause du droit du travail (temps de travail, congés payés...) pour les salarié.e.s mais de l’autre côté, le patrimoine des plus aisés reste confiné !

Loi d’urgence : un coup porté au droit du travail

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041746694&categorieLien=id

Décret du 23 mars 2020 sur les masque FFP2 et autres à destination des personnels soignants : le scandale des 5 millions !

Laissons les douaniers sauver des vies en réorientant une partie des masques
au bénéfice des soignants et vers ceux qui sont vraiment prioritaires.


 

Les femmes, premières pénalisées

Au-delà de l’impact sanitaire sur la santé de chacun.e, le COVID-19 va lourdement pénaliser les femmes parce qu’elles sont au front pour assurer les services publics et en première ligne pour réaliser les tâches domestiques et familiales.

Face à un virus qui se propage très vite et qui a déjà tué des milliers de personnes dans le monde, la priorité est bien de prendre toutes les mesures de prévention pour assurer la sécurité et la santé de l’ensemble de la population.

L’Europe est devenu l’épicentre de la pandémie et en France comme ailleurs ce sont les travailleuses et travailleurs qui sont en première ligne face aux impacts sociaux, sanitaires et économiques de cette crise. Ne pas les protéger ne fera qu’accroître la vitesse de la propagation de la maladie.

Ce  matin, après de longues et inadmissibles tergiversations, le gouvernement vient d'annoncer la suspension du jour de carence, tant pour les salarié.e.s du  privé que de la Fonction publique. 

Il s'agit là d'une première avancée dont nos organisations syndicales se  félicitent. 

Ce dispositif, injuste quelle que soit la période, est devenu intolérable dans la situation exceptionnelle que nous connaissons où des centaines de milliers de travailleurs assument, souvent au péril de leur propre santé, les missions dont nous avons toutes et tous besoin. 

Cher.es collègues, cher.es camarades,

Comme nous vous l'avions déjà annoncé, le siège de la CGT à Montreuil est fermé pour respect des consignes de confinement.

Depuis la semaine dernière, le bureau national, confiné, est entièrement mobilisé et télétravaille collectivement quotidiennement y compris tout le week-end dernier au vu de la situation.

Quotidiennement, la CGT Finances Publiques écrit au Directeur Général et a un échange téléphonique avec lui et plusieurs de ses directeurs, ainsi que les autres OS.

 

Sur la gestion de la crise au quotidien, la CGT a aujourd’hui fait un point qui concerne encore trop de directions locales :

  • Des agents sont encore présents sans effectuer de missions prioritaires.

La crise sanitaire extrêmement grave que traverse le monde et, notamment, notre pays amène à prendre des mesures indiscutables pour protéger la santé des citoyens.

D’abord, il faut veiller à ne pas surcharger des hôpitaux – déjà fortement fragilisés par des politiques d’austérité menées depuis des années – en empêchant la circulation du virus.

Pages