Durant plus de quatre mois, le monde du travail a relevé la tête pour s’emparer de la parole dans les manifestations, dans les entreprises, dans les services. Il a montré sa détermination pour le retrait de la loi contre le « travail ».

Depuis le début du conflit, la CGT-Finances Publiques n'a de cesse  de le dire : il n’y a pas d’un côté les revendications de la DGFIP et de l’autre une loi de casse du code du travail qui ne concernerait que les salariés du privé.

Texte commun des fédérations des finances, Solidaires, CGT et FO.

En juillet, contre l’avis majoritaire de la population, le Premier ministre a eu une troisième et ultime fois recours au 49.3 à l’Assemblée nationale pour imposer la loi « Travail ».

Après un passage éclair devant le Conseil constitutionnel, la loi travail est promulguée en pleine période estivale, sans jamais avoir été votée, François Hollande ayant eu recours à trois reprises au 49-3 !

Lors du CTL du 18 avril 2016, la DDFiP 76 annonçait la fermeture de la trésorerie de Valmont au 1er janvier 2017.

Samedi 9 juillet, les militants de la CGT Finances Publiques 31, présents sur le marché, communiquent : «Au titre des restructurations pour l‘année 2017, la DRFIP 31 a annoncé aux organisations syndicales, au mois de mars dernier, la fermeture des trésoreries d‘Aspet, Aurignac et L‘Isle-en-Dodon.

Les organisations syndicales de salarié-es et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) ont pris acte et dénoncent la nouvelle utilisation du 49-3, véritable déni de démocratie, pour faire passer le projet de loi travail.

Mardi, à Paris, pour la 12ème fois depuis le 9 mars 2016, plusieurs dizaines milliers de manifestants ont défilé pour exiger le retrait de la Loi El Khomri et l’ouverture de véritables négociations.

Alors que le Premier Ministre, n’ayant plus de majorité, vient de bafouer la démocratie parlementaire en utilisant une nouvelle fois le 49-3, les mobilisations dans les grèves, rassemblements, manifestations, votations citoyennes démontrent que le mouvement contre la loi travail est loin de s’ess

Loi travail Au contraire de l’essoufflement, une détermination croissante

704 129 votations ont été remises ce matin au service de la présidence de la république venant de 15 796 bureaux de vote, avec une expression de 91,99% pour le retrait du projet de loi travail.

Malgré les menaces, les valses hésitations d’un gouvernement aux abois, les 7 organisations syndicales opposées au projet de loi Travail ont imposé les manifestations et rétabli les salarié-e-s dans leur droit légitime et constitutionnel à manifester le 23 juin dernier..

Une centaine de personnes étaient rassemblées le 24 juin 2016 devant les locaux de la préfecture du Lot, pour protester contre la fermeture des trésoreries de Luzech et de Saint-Géry en fin d'année.

Malgré les menaces, les valses hésitation d’un gouvernement aux abois, les 7 organisations syndicales opposées au projet de loi Travail ont imposé les manifestations et rétabli les salarié-e-s dans leur droit légitime et constitutionnel à manifester.

Pages